L'antre de Folinus Werktik Index du Forum L'antre de Folinus Werktik
Bonjour et bienvenue dans mon antre! Je me nomme Folinus Werktik et je serai votre maître de jeu.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Episode 4 – En route pour Kalaar

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'antre de Folinus Werktik Index du Forum -> Rôle-playing -> L'histoire contée
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
folinus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2013
Messages: 136

MessagePosté le: Mer 2 Oct - 21:25 (2013)    Sujet du message: Episode 4 – En route pour Kalaar Répondre en citant

L’herboristerie, à l’heure du couvre-feu. Asael Thorgrinsön s’affaire à ses occupations. Il entend frapper à la porte. Petit filou, il n’ouvre pas. A l’extérieur, Ombre-blanche s’impatiente. Le manège dure quelques minutes jusqu’à ce que Joséphine prenne les choses en main et ouvre la porte.


Oui, amis lecteurs, ce début d’épisode n’est pas très excitant mais attendez la suite des péripéties de nos héros !


Suite aux différentes rencontres, nos deux compaings débattent du meilleur moyen de se rendre à Kalaar, l’ancienne cité des nains : route, campagne ou rivière. Il est convenu que Joséphine gardera l’officine pendant leur absence. Elle sera payée d’une couronne même si elle en voulait plus. Sans prendre de décisions, ils s’en vont se coucher. Il est vrai que la nuit porte conseil.


Cinq heure du matin, le coq n’a pas encore eu le temps de chanter. Nos héros préparent leurs paquetages. Asael les mène en direction de la porte Sud à la rencontre de son ami Henry, un adepte de l’alcool de patates concocté par notre ami alchimiste. L’histoire ne dit pas si ce breuvage était bien sain pour le corps et l’esprit. Nous pouvons toutefois en douter.


Par une magouille digne des plus grands arnaqueurs du monde connu, Asael parvient à faire jouer aux dés les deux meilleures mules du paysan en lui faisant miroiter un gain substantiel d’alcool de patates en cas de victoire. C’était sans compter les prières du nain adressées à Arlam la veille, après sa correspondance avec l’inquisiteur Barnabéus. Le nain gagna facilement le prêt des deux mules, promettant de les ramener au paysan tout rouge de colère de s’être fait berné.
Nos héros s’en vont donc à travers champs, évitant les routes et dodelinant à dos d’âne.


*Moment de silence afin de laisser le lecteur imaginer la scène…*


Ils arrivent en fin de journée dans un village de fermiers baptisé « Le pont ». Il est situé au croisement des deux branches du Sahar, le principal fleuve de la principauté. Hélé par un poivrot à la porte de l’auberge, Asael voit une nouvelle opportunité de faire parler ses talents. Ombre-blanche, digne, fier et droit décide de ne pas accompagner le nain dans ce tripot. Non, non, non, ce genre d’endroit n’est pas digne de lui… rempli d’ivrognes et de ribaudes, dénué de toute mélodie artistique, … Non, non , non, Môsieur ne désire pas y mettre les pieds, ne voyant pas ce qu’il pourrait aller y faire.


Pendant ce temps, Asael fait bouger les tables, n’en gardant qu’une seule au centre de l’auberge où il s’assoit face à son adversaire.  Le duel commence et je vais tâcher de vous le décrire dans ses moindres détails.
-« Hey Billou, on en a deux qui ont soifs ! », ce sont les spectateurs qui hèlent le tavernier.
1er alcool de patates ! « Ho ho… », s’étonne Asael prenant le premier coup dans le nez, se rendant compte que celui-là, ce n’était pas pour les tapettes. Joe, son adversaire, ricane.
2ème alcool de patates ! « Huw… même pas mal !» signale Joe d’un air vantard sans toutefois continuer de ricaner, pris d’un soudain doute. Asael sent que ce deuxième le remet d’aplomb.
3ème alcool de patates ! « Raaaaaaaaah qu’il est bon celui-là ! *beurp*», Asael a roté, Joe s’est effondré.
Intrigué par le vacarme ambiant, Ombre-blanche s’était discrètement faufilé parmi les convives pour assister à la scène. L’indigène tombé, Asael presque pas bourré, l’assassin Keshite se devait de faire quelque chose… !

-«  Tiguili Don Don, c’est Asael Thorgrinsön !
Tiguili Don Don, c’est Asael Throgrinsön !
Il a tout siphonné, Tiguili Don Daine,
Il a tout siphonné, Tiguili Don Don,
Il a tout siphonné, Tiguili Don Daine (*voix grave*),
Il a tout siphonné, Tiguili Don Don (*voix grave*),
Tiguili Don Don, ce nain est pire qu’un fût d’bière !
Tiguili Don Don, ce nain est pire qu’un fut d’bière !
Si même il est percé, Tiguili Don Daine,
Impossible de l’vider, Tiguili Don Don,
Si même tu veux l’vider, Tiguili Don Daine (*voix grave*),
C’est toi qui s’ra bourré, Tiguili Don Don (*voix grave*) ! », Interprétation improvisée par Ombre-blanche, celui que l’on appelle dorénavant le rossignol du Pont dans le village.


(Si l’auteur pouvait se rappeler de la suite des paroles exactes, j’aurai grand plaisir à les retranscrire ici !)


Une fête s’ensuit, la chanson est baptisée « Asael, celui sur qui l’alcool n’a aucun pouvoir », Billou offre à boire et à manger aux deux convives et Hugolin, un spectateur enthousiasmé par la prestation leur offre le gîte pour la nuit.


Ragaillairdi par cette folle nuit et ce repos bien mérité, les deux héros reprennent la route le lendemain. Ils traversent le fleuve et s’enfonce sur la piste menant à Kalaar. En chemin, ils entendent crier à l’aide. Ombre, chevalier dans l’âme, n’hésite pas à intervenir. Gravissant la bute, il tombe face à face à deux maraudeurs s’en prenant à une pauvrette. Il dégaine et le combat s’entame. Quelques passes d’arme et un bruit… Que dis-je ? Une cavalcade ! Asael monté sur une mule charge l’un des opposants. Chacun son ennemi maintenant ! De gestes mortels en embardées grotesques, nos héros parviennent à chasser les maraudeurs, blessés tous deux. La pauvrette les remercie et s’enfuit en direction du Pont, les remerciant pour leur acte de bravoure.


Arrivés à Kalaar, ils se retrouvent dans une file d’attente aux portes de la ville. En effet, les portes sont gardées et les soldats fouillent scrupuleusement toutes les personnes qui désirent entrer. Les discussions vont bon train autour de nos amis. Ils entendent parler des trois forts qui entourent la cité : Fort Corbeau qui abrite les Gardiens de la Foi, point de passage pour les caravanes partant commercer vers les Emirats Khalers et le Désert Blanc, Fort du Glaive, la petite garnison en pleine forêt qui sert de point de ralliement pour les chasses du Prince même si l’on dit que ces lieux seraient hantés et Fort du Val-Merfeuil gardant l’embouchure d’une petite vallée où ont lieu les principales escarmouches des hélodermes et où l’on trouve la résidence de travail du gouverneur ainsi qu’un laboratoire scientifique selon les rumeurs.


Asael et Ombre décident de se rendre au Val-Merfeuil, intrigué par l’existence d’un laboratoire scientifique. Ils arrivent à la tombée de la nuit. Un garde à la porte les fait rentrer rapidement avant de barricader l’entrée, els avertissant qu’il n’est pas sage de se promener la nuit dans le coin. En effet, nos amis remarquent bien vite que le fort est sur le pied de guerre. Ici, tout est militarisé, pas de place pour la nonchalance ou la paresse. Des vies se jouent en cet endroit. Ils sont accueillis par le capitaine qui leur demande ce qu’ils font là. Avant d’avoir pu s’expliquer, les cors d’alarme résonnent. Une attaque ! Les soldats sortent de leur caserne au pas de course, armé pour la guerre. Déjà, des silhouettes fantomatiques s’entremêlent sur les remparts. Tout se passe très vite. Ombre monte sur les murailles, arme en main. Il se retrouve face à face avec l’un des assaillants, un lézard anthropomorphe harnaché de fer brandissant une hache de guerre. Ce-dernier se jette sur ombre mais il est abattu par un soldat, une pique planté dans son flanc. Les défenseurs commencent à faiblir, leurs palissades en bois supportant mal les assauts des hélodermes. Un autre cor résonne dans la montagne, plus grave, semblant provenir des entrailles de la montagne. L’arrière-garde des lézards est balayée par une horde de nain abattant frénétiquement de lourdes haches sur leurs opposants. Les survivants s’enfuient dans l’ombre de la montagne. La bataille s’achève, certainement pas la guerre…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 2 Oct - 21:25 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'antre de Folinus Werktik Index du Forum -> Rôle-playing -> L'histoire contée Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.